Dernières nouvelles :
Accueil » Non classé » Paris et moi une enquête de satisfaction des agents en trompe l’œil
Paris et moi une enquête de satisfaction des agents en trompe l’œil

Paris et moi une enquête de satisfaction des agents en trompe l’œil

Du 16 novembre au 18 décembre 2015, la mairie de Paris a mandaté l’Ifop pour la réalisation d’une enquête sur la satisfaction au travail de ses agents.

Cette enquête que vous pouvez consulter ici, semble montrer une satisfaction globale des agents plutôt positive.
Mais à y regarder de plus près, on entrevoit une réalité plus contrastée et surtout on s’interroge sur la possibilité d’interpréter les résultats de cette enquête. En effet, comment tirer une conclusion globale sur la satisfaction au travail quand cette enquête compare des situations professionnelles si différentes que éboueurs et webmestre, téléconseiller et juriste, auxiliaire de puériculture et ingénieur…

Si l’on s’attarde sur le focus de la  Direction de l’Information et de la Communication (DICOM) dont vous pouvez consulter le focus ici, il est bien difficile de comparer les situations entre elles et d’en tirer une satisfaction globale.

Par ailleurs, il est utile de souligner le faible taux de participation à cette enquête. En effet, sur 56895 agents interrogés, seulement 13678 (24%) y ont répondu.
Pour le focus DICOM, ce sont 78 agents sur 267 qui ont répondu.
Aussi,  peut-on  se demander pourquoi les agents de la ville sont si peu enclins à répondre à ce genre d’enquêtes. Est-ce par peur de représailles ? Par manque de temps car trop pris par leur travail ? Par manque d’information ? Ou les agents ne croient-ils tout simplement pas que ce genre d’enquêtes puissent changer quoi que ce soit à leur qualité de vie au travail ?

Enfin, il est interloquant que le taux d’arrêts maladie qui dans certains services atteint des sommets ne soit pas pris en compte dans cette enquête.
Et concernant le focus sur la DICOM, quid de l’enquête réalisée en interne par une psychologue du travail en 2014 ? La mairie de Paris chercherait-elle à camoufler une réalité dérangeante?