Dernières nouvelles :
Accueil » Corps et emplois » Adjoints administratifs » Nouveaux projets de la DDCT … mais vieilles recettes pour faire payer les salarié-e-s !
Nouveaux projets de la DDCT … mais vieilles recettes pour faire payer les salarié-e-s !

Nouveaux projets de la DDCT … mais vieilles recettes pour faire payer les salarié-e-s !

La DDCT a enfin abandonné l’idée de faire des nocturnes les 24 et 31 décembre, soirs de réveillon pour les Mairies d’arrondissement. S’il est possible d’annuler des nocturnes ou des permanences d’état civil le samedi matin, c’est donc qu’elles ne sont pas si indispensables qu’on veut nous le faire croire …

Mais cette annonce, présentée comme un cadeau, une preuve de leur attitude bienveillante, n’est pas totalement étrangère à la mobilisation du personnel, tellement cette idée de nocturnes à la veille des fêtes était insensée, ni aux projets que la DDCT va tenter de nous faire avaler.

D’un côté la DDCT fait croire qu’elle donne…

D’ailleurs, la DDCT fait elle-même le constat de l’inutilité des nocturnes. En effet, une réunion avec les DGS de certaines mairies a eu lieu pour discuter d’un projet d’arrêt des nocturnes le jeudi et d’ouverture le samedi matin pour l’ensemble des services. D’après ce qui a été présenté à la réunion, les services seraient ouverts sur la base du volontariat et les agents payés en heures supplémentaires. On suppose que certaines mairies vont l’expérimenter.

Le volontariat ? Comment l’ouverture va-t-elle être basée sur le volontariat ? L’annonce des horaires d’ouverture au public sera-t-elle faite en fonction des effectifs volontaires ? Donc samedi 15, le service « élections » serait ouvert ainsi que les « affaires générales » mais le samedi 22, il n’y a que le service « logement » ? Difficile à croire. De plus, combien de temps va durer le paiement des heures supplémentaires aux agents ? Quand on sait que l’enveloppe accordée, pour le paiement des heures supplémentaires, ne suffira déjà pas à payer celles des ALG de certaines mairies d’arrondissement jusqu’à la fin 2015, on se doute que la DDCT mettra cela en place au début, puis, une fois, le samedi matin instauré, cela deviendra des heures normales comme les nocturnes, actuellement.

La DDCT compte bien sur la carotte des heures supp pour nous convaincre, puisque nos salaires sont clairement insuffisants. Pourtant, malgré leurs dires, de l’argent, à la Ville, il y en a. Alors pourquoi ne pas l’utiliser directement pour augmenter nos salaires en donnant des promotions à tous ceux qui remplissent les critères d’ancienneté ?

…et de l’autre, elle fait des économies !

Les annonces d’Anne Hidalgo sur la volonté de réorganiser les arrondissements ne sont pas simplement, une réorganisation de frontières. La volonté de la Ville est de réduire le nombre de mairie à 14. Cela va impliquer des fusions de mairies et des redéploiements de personnel.

Après avoir supprimé massivement des postes dans les mairies, la DDCT propose de fusionner certaines mairies car elles n’ont pas « la masse critique » selon M. GUICHARD qui parlait de la fusion des mairies des 4 premiers arrondissements. A qui la faute ?

Il y aura donc probablement des fusions/acquisition avec leur lot de réorganisations de services, de suppressions de postes et de mutation d’office d’agents. D’ailleurs cela tombe bien cela fera de la place et la Ville cherche des locaux pour centraliser des services comme les Section Locales d’Architectures, ou les Relais Techniques.

Par ailleurs, avec la fusion du département et de la commune, voulue par la Maire, que va devenir la prime départementale qui est un complément plus que nécessaire (même s’il est très variable selon les agents) à nos salaires de misère ? La future réforme des primes déjà appliquées aux catégories A et B, va bientôt s’appliquer à la catégorie C et l’on sait que cette réforme permettra de diminuer nos primes…

La réorganisation permanente :

Ces projets de fusion de Mairie ne sont que la continuité de la réorganisation permanente des services et directions qui ont lieu à la Ville depuis des années, et dont le seul but est de faire des économies. Ces réorganisations incessantes sont une source de souffrance au travail, supplémentaire, qui est facteur de Risque Psychosocial dont pourtant la Ville prétend nous prémunir. Or, elle ne fait rien pour éviter le mal-être au travail, les manques d’effectifs, la surcharge de travail, la pression et le stress qui sont le quotidien de ses agents, qu’ils soient titulaires et non-titulaires.

Une première victoire contre les Risques Psycho-Sociaux (tout ce qui porte atteinte à l’intégrité physique et à la santé mentale des salariés dans le cadre du travail) a été obtenue au CHSCT du mardi 6 octobre. En effet, la DDCT a enfin admis la situation alarmante existant dans le service de la Politique de la Ville et de l’Action Citoyenne, pourtant connus depuis 2011. Les élus du personnel ont obtenu la mise en place d’une expertise indépendante de l’administration qui permettra de redonner la parole aux agents, et faire des préconisations afin de stopper cette situation dramatique avant que le pire ne survienne.

Il s’agit d’un encouragement à ne plus accepter la pression, la dégradation de nos conditions de travail, le chantage à la restructuration permanente sans savoir où l’on va, dans quel sens, avec quelles missions. C’est un encouragement à sortir du silence : la souffrance au travail explose, ce n’est pas normal ! En parler, c’est déjà faire un premier pas pour que ça s’arrête !

Une seule solution : réagir !

Si nous ne réagissons pas, ils ne se priveront pas de continuer à faire des économies sur notre dos ! Pour autant, ces situations ne sont pas une fatalité.

La journée du 15 octobre sera une journée intersyndicale de grève.

Il faut que le 15 nous cessions le travail, non seulement pour leur rappeler que sans nous, rien ne fonctionne, mais aussi pour aller leur dire que nous ne restons plus passifs, à subir.