Dernières nouvelles :
Accueil » Non classé » Le 1er Mai 2014 : Toutes et tous ensemble contre l’austérité !

Le 1er Mai 2014 : Toutes et tous ensemble contre l’austérité !

1er maiLe  1er mai sera cette année un grand moment revendicatif unitaire pour rappeler aux pouvoirs politiques et économiques l’urgence de mesures sociales et salariales.

Depuis de longs mois, les salariés, les retraités, précaires se mobilisent. Dans les entreprises, les localités pour sauvegarder l’emploi, les salaires, les acquis sociaux, notre système solidaire de protection sociale.

Ces luttes et ces résistances ont permis que les syndicats de transformation sociale se rassemblent et proposent aux associations, aux forces progressistes de s’unir pour permettre l’expression massive des exigences du monde du travail.
Le premier mai 2014 doit être l’occasion d’exiger d’en finir avec l’austérité, pour gagner l’égalité et le partage des richesses.

Aucune leçon n’a été tirée de l’élection municipale de 2014. Nous aurions dû assister à une réorientation de la politique gouvernementale en particulier sur le terrain des finances publiques et de l’emploi. Au contraire le message envoyé conforte le Medef et les forces les plus réactionnaires, avec un risque de radicalisation et de percée de la droite ultralibérale ou fascisante.
Pas un mot sur le coût du capital ou sur la répartition égalitaire des richesses produites, pas une phrase sur l’interdiction des licenciements dans les entreprises qui réalisent des profits. Le gouvernement VALLS n’a pas la confiance des salariés.

La décentralisation avec le projet de disparition des conseils généraux, la fusion des régions et l’abandon de la clause de compétence générale, pourtant condamnée par les parlementaires PS sous le gouvernement Sarkozy est remis à l’ordre du jour et amplifiée. Cela aurait pour conséquences l’éloignement des lieux de décisions des citoyens et la remise en cause des services publics de proximité mais aussi des politiques de solidarité.
C’est une véritable menace pour la démocratie.

Au travers de l’inacceptable Pacte de responsabilité, les mesures avancées, si elles se concrétisaient, pèseront lourdement sur la Fonction publique et ses agents. Le coup de massue serait de l’ordre de 18 milliards d’euros de coupes pour l’Etat, 11 milliards par les collectivités territoriales, 10 milliards sur les dépenses de santé et 11 milliards sur les autres dépenses de protection sociale.

La poursuite du gel du point d’indice servant de base au calcul de la rémunération des fonctionnaires est annoncée ainsi que le gel temporaire des pensions de retraite et des prestations sociales.

Ces mesures sont d’autant plus lourdes de conséquences qu’elles vont handicaper la consommation et donc l’activité économique et l’emploi dans le secteur privé. Elles constituent un encouragement au patronat à continuer dans la voie de l’austérité salariale.

Pour la deuxième année consécutive, on enregistre une baisse des salaires nets dans la Fonction publique, avec – 0,8 % en 2011 puis – 0,5 % en 2012 pour les agents territoriaux. S’il est mis en œuvre, le gel du point d’indice jusqu’en 2017 entraînera des pertes de rémunération jamais vues dans notre histoire.

Finissons-en avec l’austérité ! Les 200 milliards d’euros d’aides publiques dont bénéficient les entreprises constituent des moyens considérables qui peuvent mobilisés pour une politique de relance économique.

C’est pourquoi, la CGT confirme sa volonté de construire le rapport de forces unitaire nécessaire à imposer d’autres choix.

Avant un grand 15 mai de grève et de manifestations dans la Fonction publique, soyons nombreuses et nombreux à manifester ce 1er mai pour exiger l’augmentation des salaires, le développement de l’emploi, une protection sociale de haut niveau et des services publics de qualité.

Nous appelons tous les agents de la Ville de Paris à faire du 1er mai, une grande journée de mobilisation et d’action
en manifestant massivement pour réclamer des mesures immédiates qui répondent aux besoins économiques et sociaux de création d’emplois, d’augmentation générale des salaires et des minimas sociaux. C’est cela qui redonnera confiance au monde du travail !

Nombreux et déterminés faisons de ce 1er mai et des prochaines mobilisations les bases d’un mouvement social de grande ampleur capable d’imposer le progrès social pour satisfaire les revendications.
A Paris, comme partout en France et dans le monde, les mobilisations du 1ermai doivent aussi permettre l’expressionde notre solidarité internationale et notre exigence d’un monde plus juste et de paix.

MANIFESTATION LE 1er MAI 2014 à 15h
de Bastille à Nation

Ne laissons pas le MEDEF faire sa loi et imposer ses lois !