Dernières nouvelles :
Accueil » Corps et emplois » Agent de Logistique Générale » 10 février : Mairies d’arrondissements : En grève !

10 février : Mairies d’arrondissements : En grève !

2p100214

Cliquer sur l’image pour lire notre tract

APPEL A LA GRÉVE

Ce sont les agents de la mairie du 14e qui ont raison :

Tous en grève le 10 février !

RASSEMBLEMENT devant la mairie du 14e

à partir de 13h

Les agents de la Mairie du 14e, lassés de subir la dégradation des conditions de travail dans les services, ont tiré la sonnette d’alarme.

Et c’est à la suite de ce ras-le-bol que les agents se sont organi­sés pour appeler à une demi-journée de grève ce lundi 10 février après-midi.

Des manques d’effectifs…

Le service de l’Etat Civil emploie de nombreux contrats aidés pour pallier au manque d’effectif mais ces personnels ne sont pas habilités pour l’ensemble des tâches (notamment la signature des actes d’Etat Civil). Lorsque nous lui demandons de recruter, la Direction Générale prétend qu’il n’y a pas possibilité d’augmenter les effectifs, pourtant quand il s’agit de recruter un SA pour «encadrer» les agents, la DUCT trouve de l’argent !

Le sous-effectif est chronique que ce soit aux élections ou à l’Etat civil. La DUCT bien consciente qu’il manque des agents pour assurer le service public n’a pas trouvé mieux que de faire appel à des personnels des autres services ou mieux à des agents d’une «brigade mobile» composée d’agents qui sont affectés dans les services où les besoins se font le plus ressentir.

L’existence même de cette brigade démontre que le sous-effectif est volontairement orchestré par la DUCT.

… aux mauvaises conditions de travail imposées

Au manque d’effectifs, s’ajoute la réorganisation des services qui impose la « super » polyva­lence des agents (par exemple la fusion Etat Civil/Affaires Générales dans le 14e), les locaux ina­daptés (peu de place pour accueillir le public, division d’un même service entre RDC et 3ème) et des pressions au rendement (nombre d’acte journalier à faire sous peine d’être recadré par le chef de service le lendemain).

La Mairie veut également imposer aux ALG du 14e une flexibilité de leurs horaires de travail. Elle essaie de faire passer en douce la réforme des rythmes de travail contre laquelle tous les ALG des mairies se battent.

Cette réforme, qui vise à allonger les plages horaires de présence des ALG, est le prélude aux horaires élargis pour l’ensemble des agents des mairies d‘arrondissement.

Se battre pour des conditions de travail décentes !

Aujourd’hui, les agents de la Mairie du 14e appellent à réagir pour stopper la dégradation des conditions de travail.  Les problèmes des agents du 14e sont ceux que nous rencontrons tous dans nos services chaque jour.

Et la DUCT ne compte pas nous faire de cadeaux, elle continue le «dégraissage » :

le nombre de poste d’adjoints administratifs à la Ville a diminué de 25% entre 2006 et 2012. Cela ne peut plus durer et nous devons imposer un changement.

L’arrêt du travail et la grève deviennent la seule solution pour nous faire entendre. Cela passera par un combat commun des mairies d’arrondissement pour rendre impossible la technique de la DUCT : lâcher des postes à une mairie au détriment d’une autre.

Le 10 février doit être une pre­mière étape pour construire cette lutte de l’ensemble des mairies et imposer :

• L’augmentation des effectifs pour renforcer les services et la titularisation des non-titulaires,

• L’arrêt des fusions de services et de la polyvalence forcée,

• Une organisation des services décidée avec les agents,

• Une revalorisation de nos salaires et de nos primes,

 

A l’appel des syndicats FO et CGT

Rassemblement le lundi 10 Février

de 13h à 17h

devant la mairie du 14e

Adjoints administratifs,

Agents de Logistique Générale…

Rejoignez vos collègues en luttes !

 

Pour information : Dans la fonction publique territoriale, en matière retenue sur salaire lors des jours de grève, il convient d’appliquer la règle selon laquelle, en cas d’absence de service fait, la retenue sur la rémunération doit être strictement proportionnelle à la durée de service non fait. Toute cessation d’activité inférieure à une journée normale de travail doit donner lieu à une retenue de un trentième pondérée par le nombre d’heures