Dernières nouvelles :
Accueil » Non classé » Rendez-vous : A.G des militants CGT du 4ème

Rendez-vous : A.G des militants CGT du 4ème

Les vacances sont terminées, et la rentrée est chargée. L’Union Locale propose de reprendre contact ensemble autour d’un buffet convivial. 

Cette AG des militant(e)s se tiendra Mardi 6 sept de 11h30 à 13h30 à l’UL (74 quai de l’hôtel de ville) puis un départ collectif afin de nous inscrire pleinement dans la rentrée des militants organisée par notre Union Départementale CGT de Paris 

 

Rapport introductif de l’assemblée Générale :

Chers camarades,

Ces derniers mois ont été animés par des changements fondamentaux dans plusieurs pays tel la Tunisie, la Syrie, l’Egypte, la Lybie. Chamboulements politiques certes mais qui font suites à bien d’autres et qui démontre que rien n’est figé dans ce monde.

Le mouvement social n’est pas en reste et il est engendré par le développement de la pauvreté. Révoltes sociales aux contours et aux objectifs pas toujours clairs, si ce n’est l’espoir d’une autre vie, d’un avenir . Il en est ainsi en Espagne, en Grèce, au Portugal, en Belgique en Angleterre ou encore en Israël, la concurrence effrénée entre les peuples, système qui sert d’alibi, mis au point par les capitalistes sous un nom qui pourrait avoir une autre signification la mondialisation.

Dans notre pays, ne restons pas spectateur, l’action est notre culture, comme l’a démontré le mouvement sur les retraites,

A cette même époque l’an passé nous étions en pleine bagarre sur les retraites et préparions la manifestation du 7 septembre qui a été le point de départ d’une longue série d’actions avec un dernier trimestre 2010 rythmés par les débats, les mobilisations et les manifestations. Sans pour autant revenir sur tout ce qui a déjà été dit sur cette période, souvenons-nous de la richesse de cette période où nous avons construit un rapport de force avec des millions de personnes dans la rue, rapport de force qui n’a pas permis d’empêcher le gouvernement de balayer l’expression de la rue en faisant voter la réforme des retraites.

Depuis maintenant des années nous nous préparons aux annonces de la rentrée avec son chapelet de mauvaises nouvelles et cette année n’est pas différente et nous devons nous préparer à la riposte, nous ne pouvons, ne devons pas baisser les bras !

La situation économique de crise engendrée par le capitalisme, touche violemment tous les pays, que ce soit les Etats-Unis ou l’Europe. De nouvelles ponctions dans nos porte-monnaie ont été annoncées ! Ce sont une fois de plus les salariés, les chômeurs, les retraités qui paient lourdement les conséquences des plans d’austérité qui ne font que répondre aux injonctions des marchés et des agences de notation ! Oui nous payons très lourdement la crise financière du capitalisme, dans toute l’Europe, les agences de notation privées ne cessent de dégrader les notes de plusieurs pays européens, regardez, la Grèce, le Portugal ou l’Irlande, malgré leurs plans d’austérité, les annonces des agences de notation agissent comme des coups de butoir sur les économies des pays avec les conséquences que l’on connait sur les peuples qui sont les payeurs en bout de chaîne !

La logique qui a prévalue, la construction européenne créer l’absence de véritables solidarités entre les pays membres, car cette construction est fondée sur une logique de mise en concurrence. Les « plans de sauvetage » s’inscrivent aussi dans cette même logique.

Une des réponses à ces orientations passe, par de véritables coopérations au sein de l’Europe. Il s’agit d’aider les pays en difficulté non dans une optique de sauvetage des marchés et des capitaux financiers, mais pour soutenir l’emploi, les salaires, les services publics et l’activité économique.

Loin d’être une contrainte, une telle option sera source de nouvelles opportunités pour l’ensemble des peuples

Les peuples se sont exprimés fortement en Espagne avec le mouvement des indignés, en Grèce avec des manifestations très importantes, en Grande Bretagne où durant plusieurs nuits les banlieues se sont enflammées, en Italie une grève générale est annoncée ! La logique capitaliste de restrictions de convainc pas aujourd’hui les européens qui se mobilisent.

Le secrétaire adjoint de la CES Joseph Nimiec a déclaré : »L’austérité comme solution à la pression des marchés, ce n’est pas seulement mauvais pour les gens c’est mauvais pour l’économie, c’est même le mécanisme qui est à l’origine de la crise aujourd’hui et qui nous risque de nous faire replonger dans une nouvelle crise ! »

A l’appel de la CES, une euro-manifestation est prévue le 17 septembre en Pologne lors de la réunion des ministres des finances de l’Union européenne.

En France nous ne sommes pas épargnés ! L’annonce des restrictions budgétaires faites par le gouvernement visant à donner des gages aux marchés financiers ne vont en fait qu’amplifier les inégalités et rogner le pouvoir d’achat et peser sur les plus démunis. !

En juillet à la suite de la rencontre européenne de crise sous l’égide de la France et de l’Allemagne, a été votée à l’assemblée nationale et au sénat la règle d’or, qui est le nom du projet gouvernemental d’inscrire dans la Constitution des règles prévoyant un retour progressif à l’équilibre budgétaire. Cette loi viserait, selon le jargon de Bercy, à encadrer la trajectoire budgétaire. Ce qui signifie qu’elle s’appliquerait à la fois au budget de l’Etat et à celui de la Sécurité sociale. Des planchers de recettes et des plafonds de dépenses seraient fixés annuellement. L’objectif étant d’atteindre l’équilibre en trois ans. Les budgets proposés par le gouvernement et votés par le Parlement devront ensuite se conformer à cette “règle d’or”, sous peine d’être annulées par le Conseil constitutionnel. Je vous laisse à penser les restrictions drastiques que cela impliqueraient et sur qui pèseraient encore les conséquences…

Nous connaissons depuis 2007 la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) qui ne cesse de participer au démantèlement des services publics, avec ses suppressions d’emplois, ses restructurations/destructions, en voulant calquer le service public sur le privé et ses critères de rentabilité.

De part sa structuration économique et sociale, notre arrt est profondément touché

Sans actions collectives des salariés et des usagers, l’histoire de l’Assistance Publique sur le 4eme, devient un vague souvenir. Des centaines d’années pour l’Hôtel Dieu balayé d’un revers de main et un avenir plus qu’incertain pour le siège social.

Les soit disant économies, la mairie de paris, socialiste, utilise aussi cet argument pour délocaliser le Centre Morland, après la Direction de la propreté comme ils ont fermé un Centre psycho-pédagogique.

Des Services Publics, parmi tant d’autres, comme les Bureaux de poste ont déjà fait les frais du libéralisme…

Nous voyons clairement aujourd’hui les conséquences graves de ces plans sur la population, On ne supprime pas impunément des lits dans les hôpitaux, des postes d’enseignants ! Au contraire comme le dit la CGT, il faut prendre la mesure des besoins pour chaque salarié, chaque citoyen. L’économie, doit investir dans un Service Public de qualité, pour créer les conditions d’un développement équilibré, harmonieux, bref humain et durable ! Cela nécessite aussi une réforme des financements publics et de la fiscalité, au service du progrès social.

Les débats parlementaires, vont commencer, sur le plan de financement de la sécurité sociale, je vous laisse, à penser, les conséquences sur l’hôpital, les allocations familiales, les retraites ou encore les remboursements de médicaments et de soins. L’application de la règle d’or va encore va encore leur permettre de diminuer les moyens au nom de la maîtrise des dépenses ….Tout cela bien loin de la Sécurité sociale issue du conseil de la résistance  ! « Cotiser à la hauteur de ses moyens pour en bénéficier à la hauteur de ses besoins ! »

Pour la CGT, il n’est pas question d’ignorer la question de la dette publique, sa charge pesant lourdement sur le budget de l’Etat et sa capacité à financer les dépenses utiles. Cependant, la réduction de la dette et du déficit doit s’appuyer sur une politique (notamment industrielle) de croissance créant des emplois qualifiés, bien rémunérés et stables. Des meilleurs services de santé, de la recherche-développement de bon niveau, des investissements dans les infrastructures contribueraient à cette politique ambitieuse. Dans le même temps, il faut engager une autre politique, taxer les revenus les plus importants, arrêter avec la politique des exonérations sans fondement. La réduction, des dépenses publiques et des suppressions de postes doit être stoppée. Projeter de réduire la dette de manière rigide par une inscription dans la Constitution est en contradiction avec le besoin d’y avoir recours parfois pour financer des investissements productifs. Aucun pays ne peut se priver de cette marge de manœuvre et graver cette logique capitaliste dans le marbre..

Il nous appartient de construire une mobilisation à la hauteur des enjeux.

Ensemble à plusieurs reprises, durant notre Congrès de l’UL, nous avons analysé les préoccupations prioritaires chez les salariés, les privés d’emploi et les retraités. Nous avons lancé à de multiples occasions des campagnes « salaire » avec comme support «  4 pages et cartes pétition » qui ont servi cet été aussi pour des distributions. D’autres thèmes forts font l’objet d’impulsions : développement de l’emploi stable, augmentations des salaires et pensions, protection sociale, services publics etc.

C’est un changement profond de société où volent en éclats toutes les questions de solidarité, où de plus en plus de salariés, sans emploi, retraités sont marginalisés.

Comme chaque année, les retraités et les privés d’emplois multiplient les initiatives lors de Paris Plage. Cela reste nécessaire d’impulser en toutes occasions, mais réfléchissons-y ! pour les années à venir, notre arrt doit il continuer à maintenir une activité revendicative, telle que nous l’avons initié sur paris plage ou devons nous passer le relais car ça devient une habitude et non un moyen de se faire entendre ? La conviction n’y est plus…

Nous devons faire vivre l’ idée que collectivement nous sommes plus forts, qu’ensemble nous pouvons gagner dans les luttes, ne pas s’en remettre à l’échéance électorale de 2012.

Cela nécessite de prendre des initiatives de renforcement et d’impulsions concernant la bataille des idées, pour créer un rapport de force durable.

Les annonces gouvernementales se succèdent, comme celles sur la création d’une taxe exceptionnelle touchant les plus fortunés et qui rapporterait 200 millions d’euros sur un an,  alors que la réforme sur les grandes fortunes rapportera aux plus riches 2 Milliards, tout cela dans un esprit équitable ! Equitable pour qui ? Je vous laisse trouver la réponse ! Alors que 13.5% de la population vit sous le seuil de pauvreté (Insee), peut-on vivre décemment avec moins de 954€ par mois !

L’appel a été lancé par notre Confédération d’un appel à mobilisation le 11 octobre, celui ci sera fondamental pour contrer tous les mauvais plans que nous prévoient le gouvernement, la construction de cette journée doit s’appuyer sur les actions en cours dans les différentes professions, nous avons besoin de connaitre l’état d’esprit des syndiqués, des salariés, quelles initiatives sont prises par les syndicats ? et surtout sur quels thèmes ? emploi, salaires, pensions, protection sociale, services publics ….et dans un esprit de conquête ! c’est ainsi que notre AG du 6 sept appelle les syndicats et sections à être force de propositions pour des actions sur des thématiques claires en terme de conquêtes sociales, en opposition à la crise du système capitaliste.

La mobilisation du 11 octobre se situe dans la campagne électorale d’une partie de la fonction publique où 3,3 millions de salariés vont s’exprimer dans les urnes le 20 octobre, pour ce qui relève du 4eme cela reste discret, nous espèrons qu’il n’en est pas de même dans les secteurs concernés ! qu’il s’agisse de l’Education nationale, de l’AP-HP, des finances, de la justice ou de la pénitentiaire etc, quelles coopérations pouvons nous avoir lorsqu’il n’y a aucun échange. Et pourtant pourquoi se priver de l’atout que représente l’interprofessionnel ???

Dans la sécurité sociale 165 000 salariés vont avoir à élire leurs représentants aux Conseils d’administration.

Des journées d’action sont déjà prévues comme :

Les retraités qui appellent à manifester le 6 octobre sur le pouvoir d’achat et la perte d‘autonomie

Les enseignants avec une mobilisation et une manifestation prévue le 27 septembre

Nous avons de quoi nous exprimer auprès des salariés :

La Cgt est porteuse de propositions faisons les vivre !

Nos augmentations salariales et le SMIG à 1700€

Nos conditions de travail dignes et des emplois

Des services publics et une protection sociale de qualité

La Cgt s’est très largement exprimée dans la NVO, (NVO spéciale rentrée), sur le site de la CGT ou sur le site de l’U.D, d’ores et déjà des professions se sont exprimées appelant à la journée du 11 octobre.

Alors ! nous avons un programme chargé mais réalisable qui n’attend que notre volonté collective. Sortons de l’isolement. Que la solidarité active ne soit plus un slogan de congrès mais une démarche.

Notre Comité Général doit avoir lieu, le 9 décembre 2011, s’il se tient ce sera l’occasion de faire le point sur nos résolutions et leur mise en œuvre.

Une formation doit avoir lieu fin sept, là aussi nous vivons de véritables contradictions. Il y a de la demande et lorsque des propositions sont faites, les inscriptions se font attendre. Nous devrons probablement être amené à la reculer d’un mois.

N’attendons pas les autres !  Soyons à l’initiative. impulsons des initiatives de rassemblements, de grèves services par services, d’une entreprise à l’autre. L’existence de la CGT n’a pas d’autres raisons d’être si ce n’est de tout mettre en œuvre pour élaborer et gagner sur le contenu revendicatif. Alors remplissons nous la panse, levons le verre de la fraternité pour accueillir aussi les nouveaux venus et la victoire de bons nombres d’ex sans papiers du 4e qui sont des travailleurs à part entière maintenant après 8 mois de grève et d’actions multiples.